Déco maison

Blog sur la décoration d’intérieur, des idées et des astuces déco.

Top 5 des monuments du Patrimoine mondial en Italie novembre 26, 2012

Filed under: designers architectes décorateurs — decomaison @ 6:01

De par son héritage historique, l’Italie est une destination de choix pour une escapade culturelle inoubliable. La péninsule compte aujourd’hui plus d’une quarantaine de sites classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Voici cinq patrimoines classés à découvrir absolument.

La ville de Venise et sa lagune

Répartie sur plus d’une centaine d’îlots, la Cité des Doges est devenue au fil des siècles une grande puissance commerciale, affirmant sa puissance dans tout le bassin méditerranéen. En réservant un hôtel Venise, vous aurez l’opportunité d’apprécier la beauté des monuments historiques de la ville, dont les plus importants sont la Basilique Saint-Marc, les Palais des Doges et le Pont du Rialto. Durant une escapade à Venise, il ne faut pas non plus manquer de visiter les quartiers moins touristiques, dont notamment les îles de Burano et de Murano.

L’église Santa Maria delle Grazie de Milan

On aurait pu croire que c’est le Duomo de Milan, à savoir la cathédrale, qui serait classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, mais c’est l’église Santa Maria delle Grazie qui intègre la précieuse liste. Construit vers la fin du 15e siècle, le monument est remarquable par une architecture mêlant rigueur des lignes et douceur des courbes. En visitant ce monument, il ne faudra pas rentrer à votre hôtel Milan avant d’avoir pu admirer La Cène, le tableau de Léonard de Vinci qui se trouve dans le réfectoire.

Le Panthéon du centre historique de Rome

Si tout le centre historique de Rome fait partie de la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, le Panthéon est l’un des monuments antiques les mieux préservés. L’immensité de sa coupole impressionne encore aujourd’hui les plus grands architectes, et la beauté de ses colonnes attire des milliers de touristes. Avant de rentrer à votre hôtel Rome, n’oubliez pas d’immortaliser votre visite en prenant des photos.

La Piazza dei Miracoli de Pise

La Piazza dei Miracoli de Pise est l’un des lieux historiques les plus emblématiques de la région de Toscane. On y trouve notamment la célébrissime Tour penchée de Pise. Construite à partir de 1173, la tour ne fut achevée que trois siècles après. Dès la construction, la tour commença à se pencher, mais fut finalement achevée et devint depuis lors l’un des monuments les plus visités de la péninsule. Son inclinaison est aujourd’hui d’un peu moins de 5°. En dehors de la tour penchée, la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption est l’autre monument majeur de la Piazza dei Miracoli. Tout comme la tour, la cathédrale est de style roman et fascine par la succession de marbre blanc et noir.

Le site archéologique de Pompéi

Avec Herculanum et Torre Annunziata, Pompéi était une ville fastueuse avant sa disparition en l’an 79 de notre ère à la suite de l’éruption du volcan Vésuve. En recouvrant la vile, les cendres brulantes figèrent la cité, en la plongeant par ailleurs dans l’oubli jusqu’au 17e siècle. Aujourd’hui, vous pourrez visiter le site et admirer la grande richesse de la ville. Théâtres, forums, temples et de riches villas peuvent encore être visités.

Publicités
 

Philippe Starck vidéo février 24, 2008

vidéo Philippe Starck the house New York

lundi 11 février 2008, par astuce déco dans décoration d’intérieur

Philippe Starck apporte sa renommée mondiale à une conception de la vision d’immeubles de luxe de résidence dans la ville de New York du centre ville.

Vidéo de Philippe Stark : the house

Un bout de traduction de la vidéo :

Ma vision est que Dallas est une ville très spéciale, et des buildings comme ça pour moi ne sont pas seulement un style concret et de l’aluminium. Je suis là pour donner plus d’esprit, plus de spiritualité, plus de magie, plus de romantisme, parce qu’en fait, l’architecture, ce n’est pas juste de faire de jolis immeubles, l’architecture est pour aider les gens à se sentir mieux dans la vie, de donner du bonheur et de l’élégance aux gens qui vivent à l’intérieur. Je suis un spécialiste de ça.

 

Le Corbusier architecte décorateur février 7, 2008

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, connu sous le pseudonyme de Le Corbusier, est un architecte, urbaniste, décorateur, peintre et homme de lettres suisse romand naturalisé français (né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds – mort le 27 août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin).
C’est l’un des principaux représentants du mouvement moderne avec Ludwig Mies van der Rohe, Walter Gropius, Alvar Aalto, Theo van Doesburg et d’autres.

Le Corbusier a également œuvré dans les domaines de l’urbanisme et du design. Il est connu pour être l’inventeur de l’Unité d’habitation, sujet sur lequel il a commencé à travailler dans les années 1920, comme une réflexion théorique sur le logement collectif. « L’unité d’habitation de grandeur conforme » (nom donné par Corbu lui-même) sera seulement construite au moment de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale en cinq exemplaires tous différents, à Marseille, Briey-en-Forêt, Rezé-lès-Nantes, Firminy et Berlin. Elle prendra valeur de solution aux problèmes de logements de l’après-guerre. Dans son concept, il intègre tous les équipements collectifs nécessaires à la vie — garderie, laverie, piscine, école, commerces, bibliothèque, lieux de rencontre. Cependant, les architectes qui s’inspireront de lui pour les cités modernes, vont oublier cette partie là, dégradant son généreux concept et ouvrant la voie au pire des urbanismes « la cité de banlieue ».

Les théories de Le Corbusier

« Là où naît l’ordre, naît le bien-être. » Les choix de Le Corbusier en architecture sont ceux qui définissent le purisme : simplicité des formes, organisation, rigueur. Cette vision est mêlée d’utopie, le bonheur étant l’une des clés de ses réflexions sur l’urbanisme. Son « langage » architectural s’applique aussi bien au logement économique qu’à la villa de luxe. Dès 1926, Le Corbusier définit « UNE architecture moderne  » (et non pas « l’architecture moderne ») en cinq points (ce sont les Cinq points de l’architecture moderne) :

  • les pilotis
  • le toit terrasse
  • le plan libre
  • la fenêtre-bandeau
  • la façade libre

Ses réalisations


Modèle en bois d’une voiture imaginée par Le Corbusier en 1929 (Design Museum, London)

Musée national d'art occidental de TokyoMusée national d'art occidental de Tokyo

Musée national d’art occidental de Tokyo

Stade de Firminy-Vert

Église Saint-Pierre de Firminy

  • 1905 : villas Fallet, Stotzer et Jacquemet, chemin de Pouillerel à La Chaux-de-Fonds, Suisse
  • 1912 : Maison blanche (appelée aussi villa Jeanneret), La Chaux-de-Fonds, Suisse
  • 1916 : Villa Schwob (appelée aussi Villa Turque), La Chaux-de-Fonds, Suisse
  • 1923 : villa Besnus, 85 boulevard de la République à Vaucresson (Hauts-de-Seine) (transformée)
  • 1923 : Villa Le Lac, Corseaux-Vevey, Suisse
  • 1923 : Maisons-ateliers Lipschitz et Miestchaninoff, respectivement 9 allée des Pins et 7 rue des arts à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
  • 1924 : Villas La Roche et Jeanneret, 8-10 square du Docteur Blanche, XVIe arrondissement.
  • 1925 : Les habitations de la Cité Frugès à Pessac (Gironde)
  • 1926 : Maison Cook, 6 rue Denfert-Rochereau à Boulogne-Billancourt
  • 1926 : Maison Guiette, populierenlaan 32, à Anvers (Belgique)
  • 1926 : Villa Stein appelée aussi « Les Terrasses », 15, rue du Docteur Pauchet à Vaucresson (Hauts-de-Seine)[6]
  • 1927 : Maison Planeix, 26 boulevard Masséna, 13e arrondissement de Paris : une mise en œuvre des théories de Le Corbusier sur l’unité d’habitation calculée sur les mesures du corps humain.
  • 1929 – 1931 : Villa Savoye, Poissy (Yvelines)
  • 1930 : Pavillon Suisse (construction sur pilotis dans l’esprit des Cités radieuses) Cité internationale universitaire de Paris (14e arrondissement de Paris).
  • 1931 – 1932 : immeuble Clarté, Genève, Suisse[7]
  • 1931 : immeuble d’habitation comprenant l’atelier du Corbusier, 24 rue Nungesser et Coli à la limite entre Boulogne-Billancourt et le 16e arrondissement de Paris
  • 1934 : Armée du Salut, rue du Chevaleret, 13e arrondissement de Paris
  • 1934 : Maison de weekend Henfel, 49 avenue du Chesnay à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines)
  • 1935 : villa Le Sextant, 17, avenue de l’océan à La Palmyre dans la commune des Les Mathes
  • 1946 – 1952 : Cité radieuse de Marseille (Unité d’habitation), Marseille, France
  • 1948 – 1951 : Usine Claude et Duval à Saint-Dié, sa seule création à vocation industrielle
  • 1950 – 1955 : Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp, Haute-Saône
  • 1951 : Le Palais des Filateurs, Villa Sarabhai et Villa Shodan, Ahmedabad, Inde
  • 1953 – 1955 : Cité Radieuse de Rezé (non identique mais sur le modèle et le même principe de celle de Marseille), appelée aussi Maison radieuse, Rezé, près de Nantes (Loire-Atlantique)
  • 1952 Les maisons Jaoul (A et B), Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
  • 1952-1959 : Bâtiments à Chandigarh, Inde
    • 1952 : Haute Cour de Chandigarh
    • 1952 : Musée et Galerie d’Art de Chandigarh
    • 1953 : Secrétariat de Chandigarh
    • 1953 : Club Nautique de Chandigarh
    • 1955 : Assemblée de Chandigarh
    • 1959 : École d’Art de Chandigarh
  • 1954 : Pavillon du Brésil à la Cité internationale universitaire de Paris (14e arrondissement de Paris).
  • 1956: Sanskar Kendra, musée municipal d’Ahmedabad
  • 1957 : Unité d’Habitation de Berlin, Berlin, Charlottenburg
  • 1959 : Couvent de La Tourette, Éveux, Rhône[8]
  • 1959 : Musée national d’art occidental de Tokyo, Tokyo [9]
  • 1960 : Cité radieuse de Briey (non identique mais sur le modèle et le même principe de celle de Marseille), Briey, Meurthe-et-Moselle
  • 1961 : Écluse de Kembs-Niffer
  • 1961-1963 : Carpenter Center for the Visual Arts, Harvard, Cambridge, Massachusetts
  • 1963 : National Mosque de Kuala Lumpur (Masjid Negara), Kuala Lumpur, Malaisie
  • 1964 -1969 Firminy-Vert
    • 1965 : Maison de la culture de Firminy-Vert (nom actuel de l’édifice : Espace Le Corbusier)
    • 1967 : Unité d’habitation de Firminy-Vert (réalisé sur le modèle mais un autre principe architectural de celle de Marseille)
    • 1968 : Stade de Firminy-Vert
    • 1970-2006: Église Saint-Pierre de Firminy (ultime œuvre de l’architecte)