Déco maison

Blog sur la décoration d’intérieur, des idées et des astuces déco.

Philippe Starck vidéo février 24, 2008

vidéo Philippe Starck the house New York

lundi 11 février 2008, par astuce déco dans décoration d’intérieur

Philippe Starck apporte sa renommée mondiale à une conception de la vision d’immeubles de luxe de résidence dans la ville de New York du centre ville.

Vidéo de Philippe Stark : the house

Un bout de traduction de la vidéo :

Ma vision est que Dallas est une ville très spéciale, et des buildings comme ça pour moi ne sont pas seulement un style concret et de l’aluminium. Je suis là pour donner plus d’esprit, plus de spiritualité, plus de magie, plus de romantisme, parce qu’en fait, l’architecture, ce n’est pas juste de faire de jolis immeubles, l’architecture est pour aider les gens à se sentir mieux dans la vie, de donner du bonheur et de l’élégance aux gens qui vivent à l’intérieur. Je suis un spécialiste de ça.

 

Le Corbusier architecte décorateur février 7, 2008

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, connu sous le pseudonyme de Le Corbusier, est un architecte, urbaniste, décorateur, peintre et homme de lettres suisse romand naturalisé français (né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds – mort le 27 août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin).
C’est l’un des principaux représentants du mouvement moderne avec Ludwig Mies van der Rohe, Walter Gropius, Alvar Aalto, Theo van Doesburg et d’autres.

Le Corbusier a également œuvré dans les domaines de l’urbanisme et du design. Il est connu pour être l’inventeur de l’Unité d’habitation, sujet sur lequel il a commencé à travailler dans les années 1920, comme une réflexion théorique sur le logement collectif. « L’unité d’habitation de grandeur conforme » (nom donné par Corbu lui-même) sera seulement construite au moment de la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale en cinq exemplaires tous différents, à Marseille, Briey-en-Forêt, Rezé-lès-Nantes, Firminy et Berlin. Elle prendra valeur de solution aux problèmes de logements de l’après-guerre. Dans son concept, il intègre tous les équipements collectifs nécessaires à la vie — garderie, laverie, piscine, école, commerces, bibliothèque, lieux de rencontre. Cependant, les architectes qui s’inspireront de lui pour les cités modernes, vont oublier cette partie là, dégradant son généreux concept et ouvrant la voie au pire des urbanismes « la cité de banlieue ».

Les théories de Le Corbusier

« Là où naît l’ordre, naît le bien-être. » Les choix de Le Corbusier en architecture sont ceux qui définissent le purisme : simplicité des formes, organisation, rigueur. Cette vision est mêlée d’utopie, le bonheur étant l’une des clés de ses réflexions sur l’urbanisme. Son « langage » architectural s’applique aussi bien au logement économique qu’à la villa de luxe. Dès 1926, Le Corbusier définit « UNE architecture moderne  » (et non pas « l’architecture moderne ») en cinq points (ce sont les Cinq points de l’architecture moderne) :

  • les pilotis
  • le toit terrasse
  • le plan libre
  • la fenêtre-bandeau
  • la façade libre

Ses réalisations


Modèle en bois d’une voiture imaginée par Le Corbusier en 1929 (Design Museum, London)

Musée national d'art occidental de TokyoMusée national d'art occidental de Tokyo

Musée national d’art occidental de Tokyo

Stade de Firminy-Vert

Église Saint-Pierre de Firminy

  • 1905 : villas Fallet, Stotzer et Jacquemet, chemin de Pouillerel à La Chaux-de-Fonds, Suisse
  • 1912 : Maison blanche (appelée aussi villa Jeanneret), La Chaux-de-Fonds, Suisse
  • 1916 : Villa Schwob (appelée aussi Villa Turque), La Chaux-de-Fonds, Suisse
  • 1923 : villa Besnus, 85 boulevard de la République à Vaucresson (Hauts-de-Seine) (transformée)
  • 1923 : Villa Le Lac, Corseaux-Vevey, Suisse
  • 1923 : Maisons-ateliers Lipschitz et Miestchaninoff, respectivement 9 allée des Pins et 7 rue des arts à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
  • 1924 : Villas La Roche et Jeanneret, 8-10 square du Docteur Blanche, XVIe arrondissement.
  • 1925 : Les habitations de la Cité Frugès à Pessac (Gironde)
  • 1926 : Maison Cook, 6 rue Denfert-Rochereau à Boulogne-Billancourt
  • 1926 : Maison Guiette, populierenlaan 32, à Anvers (Belgique)
  • 1926 : Villa Stein appelée aussi « Les Terrasses », 15, rue du Docteur Pauchet à Vaucresson (Hauts-de-Seine)[6]
  • 1927 : Maison Planeix, 26 boulevard Masséna, 13e arrondissement de Paris : une mise en œuvre des théories de Le Corbusier sur l’unité d’habitation calculée sur les mesures du corps humain.
  • 1929 – 1931 : Villa Savoye, Poissy (Yvelines)
  • 1930 : Pavillon Suisse (construction sur pilotis dans l’esprit des Cités radieuses) Cité internationale universitaire de Paris (14e arrondissement de Paris).
  • 1931 – 1932 : immeuble Clarté, Genève, Suisse[7]
  • 1931 : immeuble d’habitation comprenant l’atelier du Corbusier, 24 rue Nungesser et Coli à la limite entre Boulogne-Billancourt et le 16e arrondissement de Paris
  • 1934 : Armée du Salut, rue du Chevaleret, 13e arrondissement de Paris
  • 1934 : Maison de weekend Henfel, 49 avenue du Chesnay à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines)
  • 1935 : villa Le Sextant, 17, avenue de l’océan à La Palmyre dans la commune des Les Mathes
  • 1946 – 1952 : Cité radieuse de Marseille (Unité d’habitation), Marseille, France
  • 1948 – 1951 : Usine Claude et Duval à Saint-Dié, sa seule création à vocation industrielle
  • 1950 – 1955 : Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp, Haute-Saône
  • 1951 : Le Palais des Filateurs, Villa Sarabhai et Villa Shodan, Ahmedabad, Inde
  • 1953 – 1955 : Cité Radieuse de Rezé (non identique mais sur le modèle et le même principe de celle de Marseille), appelée aussi Maison radieuse, Rezé, près de Nantes (Loire-Atlantique)
  • 1952 Les maisons Jaoul (A et B), Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
  • 1952-1959 : Bâtiments à Chandigarh, Inde
    • 1952 : Haute Cour de Chandigarh
    • 1952 : Musée et Galerie d’Art de Chandigarh
    • 1953 : Secrétariat de Chandigarh
    • 1953 : Club Nautique de Chandigarh
    • 1955 : Assemblée de Chandigarh
    • 1959 : École d’Art de Chandigarh
  • 1954 : Pavillon du Brésil à la Cité internationale universitaire de Paris (14e arrondissement de Paris).
  • 1956: Sanskar Kendra, musée municipal d’Ahmedabad
  • 1957 : Unité d’Habitation de Berlin, Berlin, Charlottenburg
  • 1959 : Couvent de La Tourette, Éveux, Rhône[8]
  • 1959 : Musée national d’art occidental de Tokyo, Tokyo [9]
  • 1960 : Cité radieuse de Briey (non identique mais sur le modèle et le même principe de celle de Marseille), Briey, Meurthe-et-Moselle
  • 1961 : Écluse de Kembs-Niffer
  • 1961-1963 : Carpenter Center for the Visual Arts, Harvard, Cambridge, Massachusetts
  • 1963 : National Mosque de Kuala Lumpur (Masjid Negara), Kuala Lumpur, Malaisie
  • 1964 -1969 Firminy-Vert
    • 1965 : Maison de la culture de Firminy-Vert (nom actuel de l’édifice : Espace Le Corbusier)
    • 1967 : Unité d’habitation de Firminy-Vert (réalisé sur le modèle mais un autre principe architectural de celle de Marseille)
    • 1968 : Stade de Firminy-Vert
    • 1970-2006: Église Saint-Pierre de Firminy (ultime œuvre de l’architecte)
 

Le design février 6, 2008

Filed under: Le design — decomaison @ 4:12
Tags: , ,

Le design

Un petit récapitulatif sur le design. Décorer votre intérieur oui, mais d’abord connaître quelque notions nécessaires sur la culture autour de la décoration, en particulier la décoration d’intérieur. Vous trouverez bientôt des infos beaucoup plus complètes, en attendant, voici des infos trouvées sur wikipedia.

machine à écrire de Camillo Olivetti, 1922

machine à écrire de Camillo Olivetti, 1922

Le design est une discipline visant à rendre concret (sous une forme physique ou non) une pensée, un concept ou une intention en tenant compte éventuellement d’une ou des contraintes fonctionnelles, structurelles, esthétiques, didactiques, symboliques, techniques et productives.

Le design est un mot anglo-saxon prononcé [dizajn] tirant à la fois son étymologie du français dessein (projet, intention) et dessin. En effet, à partir du XVIIIe siècle, les mots dessin et dessein prennent des sens distincts, comme si l’art avait fini par séparer le geste de dessiner (dessin) du projet (dessein). Le design signifie donc à la fois projeter et dessiner.

Des définitions multiples

Il n’existe pas de définition unique du design. Son sens varie selon les époques, les cultures et les individus. Cependant :

  • Pour les anglo-saxon, le design est davantage une conception, une idée, une intention ou un projet. En français, c’est une recherche d’harmonie entre les formes et les fonctions de l’objet. En Italie et en Allemagne, le design est nettement plus stratégique puisque l’industrie et l’artisanat de qualité en on fait leurs credo pour valoriser leurs productions.
  • Pour les fonctionnalistes, le design est un processus qui vise à donner la forme juste correspondant aux fonctions (la fonction induit la forme).
  • Depuis 1960, le design est en partie influencé par les pensées de Jean Baudrillard, Gilbert Simondon et Edgar Morin et se conçoit davantage comme un système, une concrétisation de pensée complexe.
  • Par abus de langage, le mot design est devenu un adjectif faisant référence à un registre stylistique et populairement employé pour décrire un objet industriel ayant une forme sophistiquée et une apparence épurée : « Vous préférez les meubles design ou les meubles rustiques ? ». Aussi, le design est souvent confondu à tord avec du stylisme d’objet lorsque l’exercice consiste à embellir un objet dans le but de séduire des consommateurs.

Le Design, discipline de l’indiscipline

  • Le designer se caractérise de l’artisan par le fait qu’il n’est pas spécialiste d’une matière (bois, métal, plastique, etc), du technicien par le fait qu’il n’est pas spécialiste d’une technique et de l’ingénieur par le fait qu’il traverse les domaines du savoir de façon transversale. En cela, on peut le rapprocher du chef d’orchestre ou du réalisateur au cinéma.
  • Le design se conçoit comme une navigation permanente entre l’unité et le global, entre la pensée et l’action. En cela, on peut rapprocher cette démarche de celle de la pensée complexe et de la systémique.
  • Le design ne consiste pas à accumuler des savoirs mais plutôt à créer, par la compréhension, des liens logiques entre des choses (flux, concepts, images, symboles, etc.)

Design & Marketing

Le design est aussi considéré comme une démarche stratégique opposé à celle du marketing. Elle ne tient pas compte des panels de consommateurs et des cibles potentielles en s’adressant à tous en privilégiant le sens et l’évidence de la production d’objets ou de services. Dans la réalité, le design est encore très largement soumis à cette dernière.